Lecture en cours :

AG du 23 octobre 2012 – Salle Thélème

AG du 23 octobre 2012 – Salle Thélème

Environ 120 personnes étaient présentes autour du collectif Ohé du Bateau. Après que ses membres se soient présentés (leurs noms et fonctions sont sur le site www.ohedubateau.com), Franck Mouget a d’emblée énoncé l’ordre du jour de cette AG : pas de présentation de projets, ni de comptes d’exploitation, pas de date pour une éventuelle réouverture. Une seule raison à ce changement d’ordre du jour : le RDV de la veille entre Franck Mouget (seul, c’était l’exigence du maire) et Jean Germain, en compagnie de deux de ses directeurs de cabinet, François Lagière et Silvère Guérin (ce dernier était présent dans la salle).

Un RDV longuement relaté par Franck, et dans lequel il a surtout été question de chiffres et de rentabilité, plus que de l’éthique du projet et de son caractère novateur (SCIC). Le maire a longuement parlé de la crise, du désengagement de l’Etat, de la non implication à ce jour du CG ni de la Région. Il a également confirmé que le loyer de la SEMIVIT ne pourrait pas descendre en-dessous des 4500€ (Pour rappel, la Semivit est une société d’économie mixte dont la Ville est majoritairement actionnaire, avec comme président … Jean Germain, le même qui voici quelques mois avait promis au collectif par écrit un loyer « à faible montant»).

Franck Mouget, à qui le maire a redit son scepticisme quant à « l’utilité du projet », n’a pas senti de « vibration » par rapport au projet, ressenti un manque de confiance vis-à-vis du collectif qui n’a pas été à ce jour officiellement désigné comme porteur du projet. A la fin de l’entretien, Jean Germain a confié « réfléchir à une mutualisation avec d’autres acteurs culturels ». Or, pourquoi le collectif a-t-il choisi la structure juridique SCIC ? Justement parce qu’elle permet cette mutualisation, et qu’elle permet par ailleurs aux collectivités de rentrer dans le capital à hauteur de 20%…

Une grande déception s’est sentie dans la salle, mêlée de colère et d’incompréhension. L’achat du Bateau plus les travaux, c’est un million d’euros, peu par rapport à d’autres projets, comme les 6 millions engagés pour la Cie Off et le Polau à St Pierre et le 37ème parallèle à Tours Nord. « C’est le prix d’un rond-point ! » lance quelqu’un dans la salle.

On fait quoi ? « On ne laisse pas tomber ! ». La salle a été unanime pour poursuivre un projet CITOYEN et à mobiliser un maximum de Tourangeaux – les citoyens lambda, mais aussi les assos, les collectifs, les acteurs culturels, dont ceux à la tête de « chapelles » comme le CDRT ou le CCNT… L’idée d’un manifeste et d’une pétition, relayés par les médias, a été proposée et votée à l’unanimité. Plusieurs personnes se sont proposées, soit pour rejoindre les membres du collectif dans les différents labos, soit pour l’écriture de ce manifeste, dont l’objectif est de créer un RDV dans l’espace public (devant le bateau ?) donc une action inventée par tous et dont la portée devrait être retentissante et servir d’ultimatum.

Le lendemain, la NR titrait : « Relance du Bateau Ivre : le maire jette l’éponge » ? Ce qui, à l’issue de cette AG, n’est le cas ni du collectif, ni de tous ceux qui le soutiennent.

Nous publierons prochainement le manifeste ainsi que la pétition numérique d’adhésion à ce manifeste. merci.


  1. gardeau

    25 octobre

    Bonjour J’ai assisté à l’assemblée générale de Mardi et j’en ai apprécié la teneur Tout à fait d’accord pour une action devant le bato .
    En revanche dans le compte rendu de la NR; il est écrit un commentaire d’un des participants  » je propose d’amputer le budget de l’opéra de Tours  » .. Franck Mouget a répondu mais sa réponse ne paraît pas dans le compte rendu et je crois que ce genre de propos est tout à fait de nature à faire fuir les sympathisants du Bato;
    Pour ma part je vais à pas mal de spectacles dont l’opéra et avec les aides de la ville de tours versées par cette dernière cela me permet de voir des spectacles d’excellente qualité à 14 euros la place ;;

    Amicalement

  2. Christophe Dupin

    26 octobre

    Bonjour,
    effectivement l’article de la NR prête à confusion sur cet aspect-là: il est évident que cette intervention était celle d’une personne du public favorable au projet et qui, sous l’énervement, s’est un peu emporté, déçu par le fait que l’éducation populaire mise en avant dans la distillerie culturelle ne soit pas a plus soutenue par les collectivités locales… « Déshabiller Paul pour habiller Pierre », ce point de vu ne correspond pas du tout à l’éthique du projet qui est de fédérer les institutions culturelles tourangelles, toutes les institutions culturelles. Nous allons apporter dés que possible un correctif nécessaire.

  3. […] Environ 120 personnes étaient présentes autour du collectif Ohé du Bateau. Après que ses membres se soient présentés (leurs noms et fonctions sont sur le site http://www.ohedubateau.com), Franck Mouget a d’emblée énoncé l’ordre du jour de cette AG : pas de présentation de projets, ni de comptes d’exploitation, pas de date pour une éventuelle réouverture. Une seule raison à ce changement d’ordre du jour : le RDV de la veille entre Franck Mouget (seul, c’était l’exigence du maire) et Jean Germain, en compagnie de deux de ses directeurs de cabinet, François Lagière et Silvère Guérin (ce dernier était présent dans la salle) Lire la suite… […]

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *