Lecture en cours :

Restitution de Labo – mardi 14 Mai 2013 R...

Restitution de Labo – mardi 14 Mai 2013 – Mairie de Tours

Notre prochaine réunion restitution des labos se déroulera  le mardi 14 mai à 20H00, salle Anatole France A – Mairie de Tours

L’ordre du jour sera la préparation de l’évènement de préfiguration de début octobre.


  1. Ohé

    21 mai

    Toutes et Tous,

    Comme vous le savez une restitution de labos a eu lieu ce 14 mai 2013, en la salle Anatole France A de la Mairie de Tours.

    Beaucoup d’entre nous s’étaient excusés de ne pouvoir être présents ce soir là.
    Nous étions 22 laborantines et laborantins, dont des personnes nouvelles et la liste des présences sera adjointe par Lola qui l’a en sa possession. Tous les labos n’étaient pas représentés. En revanche le labo image et cinéma, le labo éducation populaire, le labo débats de société, le labo terroir, le labo littérature, le labo théâtre, danse, arts de la scène et le labo arts plastiques étaient représentés et je vous livre ce qui fût restituer.
    – Le labo cinéma et images se propose de réaliser un vrai-faux documentaire fiction sur le Bateau ivre à travers les âges et les époques. Il voudrait concevoir un studio photo dans une caravane pour y réaliser des portraits et pense à développer plusieurs actions en amont de l’événement.
    – Le labo éducation populaire propose la création d’une zone d’ouverture du bateau (la ZOB), s’appuyant sur le concept des ZAT, zone artistique temporaire. Une zone ouvriériste et bohème concrétisée autour de la réalisation d’un Dazibao géant in situ surf la façade du bateau, une sorte de journal mural porteur de paroles, de textes de photos, de croquis, de dessins, de tags, comme autant de tableaux. Un « mur réelle », un mur d’expression littéraires et artistiques sur cette façade transformée en toile géante. Ce labo affiche une volonté de récolter les parole et autres matériaux sur deux quartiers essentiellement, Sanitas et Velpeau situé des 2 côtés de la Passerelle. Les paroles seraient restituées par affichage le jour J sur le Dazibao préparé. Les thématiques restent à creuser mais elles s’organisent autour de la culture (pour vous la culture c’est quoi? comment croire au projet de reprise du bateau? pourquoi y croire?…) La réflexion de ce labo s’est organisée autour de divers questionnements: comment impliquer les associations locales ( vioc, comité de quartiers, Sanitas et régie plus, groupe théâtrale amateur et autre acteur de la vie de quartier…)
    – Le labo débat de société a opéré un resserrement de ces objectifs pour être au plus près de l’événement. Tout s’appuie sur un niveau d’exigence défini ( » nous ne sommes pas sur de la discussion de comptoir! »). Ce labo préconise de jouer le jeu des propositions concrètes par rapport aux listes électorales. Le fonctionnement de la distillerie repose sur des principes: lesquels, pourquoi?, comment fonctionne t-elle? qui prend la décision? Qu’est ce qu’on veut? L’événement doit permettre de se poser les questions, doit être l’occasion de discuter et de réfléchir. Deux axes thématiques essentiels à aborder en agora et en amont de l’événement: la culture et la politique locale, le fonctionnement interne de la distillerie et la démocratie participative.
    – Le labo terroir considère qu’il faut permettre une restauration qui ait du sens, qui soit en adéquation avec la restauration que le bateau pourrait développer s’il était en activité. » la culture, c’est pas élitiste, c’est un truc de base comme le fait de se nourrir, c’est primordial ». il a la volonté d’une participation en amont de l’événement sous forme de soupes sur les marchés ou de rencontre dans les quartiers autour de la cuisine ou de partage citoyen autour de la nourriture. Nous évoquons
    l’idée d’un repas citoyens autour du poisson de Loire et les différentes façons culturelles de le cuisiner. Les produits du menu ne sont pas encore définis mais disons que le poisson serait une passerelle culinaire entre toutes les cultures.
    – Le labo littérature a réfléchit sur l’événement en amont proposant de mettre en place une distribution de livres qui donnerait libre court à des échanges littéraire sur les marchés et à la sortie des écoles par exemple. Une expérience de « livre-relais » pourrait se mettre en place, une espèce de book-crossing. Cette proposition donne des envies comme par exemple l’organisation de lecture à voix haute en collaboration avec des comédiens, des associations littéraires et théâtrales volontaires dans des espaces publiques. Nous évoquons l’espace du tramway et là encore la volonté collective de communiquer en amont pour créer un grand rassemblement le jour J. ce labo voudrait associer les écrivains aux citoyens et vice versa. Nous parlons des « écrivains de Touraine » et de la possibilité d’associer gens de lettre et citoyens à la rédaction de nouvelles courtes (2à3 pages) selon des thématiques à préciser sur le spectacle, sur le bateau, sur le voyage imaginaire, sur le « savoir imaginé »….et nous reparlons des lectures et autres slams publiques à inventer.
    – Les autres labos sont en attente d’un principe actif pour commencer à se projeter et il n’est pas facile de se réunir plusieurs fois par mois. nous évoquons la méthodologie mise en place et la logistique. le labo arts plastiques, théâtre, danse, arts de la scène et musique ont bien senti que la capacité d’intervention devait trouver un cadre, un fond commun et que le travail des autres labos permettait de cimenter celui-ci. S’engage alors une discussion sur nos différents savoirs faire et leurs complémentarités pour la préparation et le succès de l’événement. Nous décidons donc de définir plus précisément ce fond commun et une date à l’événement : la date choisie est le week-end du 12 et 13 octobre 2013 !

    La date du 12 et 13 octobre est votée et retenue pour que nous réunissions le maximum de citoyennes et de citoyens autour de notre projet festif et participatif, de 8 heures à 22 heures. La contrainte majeure étant un budget estimé à 0 euros et défendu comme tel, c’est donc l’engagement pour ce projet de reprise qui unira nos forces artistiques, culturelles, imaginaires, et nos capacités logistiques. Nous ferons avec ce que nous sommes, ce que nous avons, ce que nous pouvons, ce que nous pourrons avoir mais toujours avec une exigence individuelle et collective sans faille. Notre savoir imaginé nous pousse donc à organiser 5 chantiers qui désormais devraient réunir tous les labos( y compris ceux du canal historique comme le labo com par exemple) dans le faire ensemble. 5 grands pôles actifs se dessinent et vont mettre en interaction tous les labos dans leur capacité à inventer, à échanger dans la concrétisation de cet événement, dans sa programmation. L’idée est de garder constituer les labos mais de concentrer nos énergies sur 5 tableaux distincts mais inséparables pour l’unité de cette journée et la garantie de sa pertinence. Chaque labo pourra avec ses compétences intervenir dans chacun des tableaux faisant force de proposition et cherchant à réunir le plus grand nombre de savoirs faire. Cette méthode devrait nous permettre d’avancer de manière unitaire et indépendante et d’éviter l’effet « réunionnite ». Nous défendons un lieu d’expressions dédié à toutes les disciplines artistiques et aux cultures, ainsi nous ouvrons un champ des possibles avec ce cadre événementiel qu’il nous faudra coordonner et préparer avec une logistique appropriée.
    Ainsi sont nés et seront mis en rubrique sur le site, ces chantiers de préparation de cette manifestation. chaque laborantine et chaque laborantin, ainsi que celles et ceux qui voudront s’associer à la distillation proposée pourront trouver les infos, partager leurs volontés, leurs idées, leurs propositions, décrire leur implications et commenter l’avancée du chantier. Tous les mois nous réunirons les chantiers comme nous le faisions pour les restitutions de labos et nous inventerons les réunions nécessaires pour garantir l’avancée de chaque chantier jusqu’à ce fameux week-end.

    LES CHANTIERS SONT :
    -CHANTIER UN : L EVENEMENT EN AMONT ou comment communiquer artistiquement.(des propositions déjà s’élaborent et s’interrogent sur leur faisabilité: création dans l’espace publique d’une radio itinérante qui émettrait dans des quartiers choisis, radio hé du bateau, studio mobile, émission et enregistrement de témoignages, de paroles; film et traces audiovisuelles en vue des restitution du jour J, récolte de matériaux pour Dazibao monumental, caravane photo en itinérance, soupe populaire festive et musicale, appel à la population: crieurs publiques, lectures et brigades d’interventions poétiques, trace de mots, de dessins, de pochoirs dans l’espace publique, repas de quartier, emprise artistique sur la cité?????). C’est le principe, vous l’avez compris, d’une EFFERVESCENCE, d’une EMULATION ARTISQUE en amont de l’événement QUI DONNE ENVIE A LA POPULATION, qui s’appuie sur les savoirs faire de chacune et chacun et sur notre capacité à agir avec notre potentiel humain et à provoquer chez des créateurs et des acteurs culturels divers l’envie de s’associer en actes à l’événement. On connaissait le printemps des poètes, peut être connaitrons nous l’automne ivre du bateau….???
    – CHANTIER DEUX : LA FÀÇADE du BATEAU COMME UN GRAND DAZIBAO, ou comment créer UN TABLEAU MONUMENTALE qui s’expose comme une façade architecturale. On peut imaginer rassembler les arts plastiques ou une certaine famille la Gribouille en ce chantier manifeste. Toutes les disciplines peuvent s’y consacrer aussi.
    -CHANTIER TROIS : LA SCENE OUVERTE ou comment organiser une programmation hétéroclite sur un espace scénique approprié mais dépouillé. Comédiens, musiciens, danseurs, perforateurs pourront se relayer en cette espace de spectacle vivant.
    – CHANTIER QUATRE : L’AGORA POPULAIRE ou comment organiser un espace de débat public et d’expressions libres sur des sujets choisis. Organiser la paroles, paroles boxées, grammaire gestuelle, grand témoin et observateur, modération et fluidité de la parole. Travail avec engrenage, conférence gesticulée= partage des savoirs faire.
    Nous avons évoqué l’idée d’un chapiteau ou d’un espace couvert pour un meilleur confort d’échange et de débat. Mais ceci est de l’ordre logistique et nous y reviendrons avec le labo concerné.
    -CHANTIER CINQ : L’ENTRE-SORT DANS LE BATEAU ou comment rentrer par jauge de 49 individus dans le BATEAU pour en faire un tour insolite et originale, une visite pas banal et peut être même éclairante.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *