AG le 2 mai

« On ne peut pas soumettre une proposition d’achat sans avoir réalisé d’études », estime le collectif. – (Photo NR, Hugues Le Guellec)

Merci aux 1400 premiers souscripteurs

Depuis le lundi 11 avril, le collectif Ohé du Bateau poursuit son travail d’élaboration de solutions techniques les plus adaptées possibles au projet (avec le laboratoire architecture). Il poursuit aussi la communication et la diffusion de ce projet unique de coopérative à travers une permanence tous les mardis à 18h au café « Le Velpot », sa présence sur le Printemps de Bourges et son site web. Désormais la SCIC compte 1400 souscripteurs pour 270 500 € de parts sociales. La souscription continue et reste toujours possible. Plus notre capital social sera important, moins nous auront besoin d’emprunter pour le financement des travaux. Plus nous aurons de sociétaires, plus notre coopérative sera populaire et dynamique : rachat.ohedubateau.com

Études de faisabilité

La lettre recommandée contenant notre proposition a été envoyée avec ses conditions suspensives le 14 avril, une réponse du propriétaire est souhaitée avant la fin du mois.

Comme décidé lors de notre première assemblée, nous entrons dans une phase de négociation essentielle pour déterminer la meilleure offre d’ici à la mi juin. En effet, le travail du collectif met en lumière l’extrême nécessité de travailler le dossier travaux en profondeur afin de ne faire prendre aucuns risques aux futurs sociétaires que nous sommes. Dans cette nouvelle phase, il est incontournable de devoir réaliser des études de faisabilité en rapport avec notre programme architectural. Après plusieurs pistes de recherche de financement de ces études (estimation faite à 30000 euros), le collectif souhaite présenter lors d’une AG, une proposition de financement via une avance de trésorerie de notre banque.

Si l’étude montre que les travaux sont en adéquation avec le projet Ohé, alors cette étude de faisabilité sera intégrée aux coûts des travaux financés par le capital social et l’emprunt bancaire. Si par contre, l’étude montre que les travaux ne sont pas en adéquation, alors cette étude de faisabilité serait supportée par les différents sociétaires (privés et publics) à hauteur de leur apport en capital (3600 parts sociales actuellement, soit environ 8-9€ par part sociale).


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *